facebook pixel
SIDIIEF Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone
Menu

Télépratique et nouvelle technologie de l’information

Télémédecine : et si ce n’était pas une si mauvaise idée ?

Paris (France), 5 janvier 2019

Il n’est pas inutile de signaler la disparition des arlésiennes – disparition qui incite en effet à ne pas toujours désespérer. En 2018, un exemple typique d’arlésienne s’est évanoui : l’Assurance maladie a fini par fixer des tarifs pour les actes de télémédecine. Le sujet était discuté depuis tant d’années que certains représentants syndicaux doutaient de voir une décision prise avant la fin de leur carrière. Pourtant, un dispositif a été acté. Cette issue inattendue n’est cependant pas un blanc-seing sans nuance accordé à la télémédecine. La pratique est en effet encore loin de susciter une adhésion généralisée. Un sondage réalisé sur notre site du 17 octobre au 10 décembre auprès de 730 professionnels de santé a en effet révélé que seuls 20% d’entre eux envisagent de réaliser des actes de télémédecine dans les douze prochains moins. Loin d’un plébiscite.

Source : Jim.fr

Ne laissons pas les algorithmes décider pour nous !

Cambridge (Royaume-Uni), 5 janvier 2019

Un algorithme reflète le biais des données qu’il traite ; ces données sont biaisées, car sélectionnées suivant des critères subjectifs liés à ce qu’une société ou un responsable juge important ou utile. De ce fait, les chiffres « officiels » eux-mêmes ne peuvent être considérés comme objectifs, ils sont un reflet de la société telle qu’elle est à un moment donné. Les catégories et les classifications utilisées ne sont pas neutres ; de même que l’on a tendance à mesurer ce que l’on voit, on a tendance à ignorer ce que l’on ne mesure pas.

Source : La Presse+

L’IA pour le meilleur, sans le pire

Montréal (Québec, Canada), 4 décembre 2018

À mesure que l’IA se déploie dans la société, il y a un impact qui peut être positif ou négatif. Selon Yoshua Bengio, professeur titulaire au département d’informatique et de recherche opérationnelle de l’Université de Montréal, le futur est entre nos mains.

Source : The Conversation

Développer l’intelligence artificielle sans déraper

Québec, Canada, 5 décembre 2018

Après plus d’un an de consultations publiques, la communauté scientifique québécoise a lancé la version finale de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle. Son but est d’encadrer le déploiement futur de cette technologie, qui suscite à la fois des espoirs et des craintes.

Source : Le Devoir

Pourquoi l’intelligence artificielle risque de continuer à tuer

Canada, 28 novembre 2018

Des neurones artificiels pour des machines profondément intelligentes. C’est la nouvelle révolution de l’intelligence artificielle offerte, depuis 2012, par Geoffrey Hinton et son équipe. Cet expert en sciences cognitives de l’université de Toronto et chercheur chez Google Brain, a annoncé des résultats exceptionnels d’un réseau de neurones artificiels à couches profondes dans une tâche de classification d’images.

Source: The Conversation

Infolettres du SIDIIEF