facebook pixel
SIDIIEF Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone
Menu

Soins de fin de vie

Affaire Vincent Lambert: «On peut être submergé par les émotions», une infirmière en soins palliatifs en Mayenne

France, mai 2019 

Au-delà de la bataille juridique, l’affaire Vincent Lambert met en lumière la gestion de l’accompagnement des personnes en fin de vie. Et au premier rang, il y a le personnel soignant. Face à des patients, dont le pronostic vital est engagé, que faire? Que dire? Au sein de l’équipe du service de soins palliatifs du Centre Hospitalier du Nord-Mayenne, des professionnels sont confrontés tous les jours à des situations douloureuses. Ils font partie des équipes mobiles de soins palliatifs qui interviennent dans les hôpitaux, les maisons de retraite du département et également au domicile des patients.

Source: France bleu

Affaire Lambert: «Peut-être que la loi est trop complexe», confie Marisol Touraine

France, 22 mai 2019 

L’acharnement n’est pas une bonne chose. Porter de l’amour à ses proches, c’est parfois savoir les laisser partir. L’affaire Lambert met aussi en lumière la nécessité de rédiger ses directives anticipées, pour faire connaître ses dernières volontés. La mesure doit être mieux expliquée à la population.

Source: Le Parisien

Soins de fin de vie: dans le respect de chacun

Québec, 21 mai 2019 

Chacun devrait pouvoir prendre ses propres décisions concernant sa fin de vie. En 2014, le Québec a adopté la Loi concernant les soins de fin de vie afin d’assurer aux personnes en fin de vie des soins respectueux de leur dignité et de leur autonomie. Le droit des personnes en fin de vie de recevoir des soins de qualité et de décider librement des soins à recevoir est au cœur de cette Loi. L’attention publique a surtout porté sur l’aide médicale à mourir mais les soins palliatifs sont un élément fondamental à la base du continuum de soins et de services chez les personnes en fin de vie.

Source: La Presse+

Le Conseil d’Etat confirme la légalité de la décision d’arrêt des soins de Vincent Lambert

France, 25 avril 2019

Le Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative française, a réaffirmé la conformité avec la loi de la décision des médecins d’arrêter les soins qui maintiennent en vie Vincent Lambert, un patient dans un état végétatif chronique devenu un symbole du débat sur le droit de mourir dans la dignité. Le 29 septembre 2008, Vincent Lambert, un infirmier de 32 ans, était victime d’un grave accident de la circulation, le laissant tétraplégique avec de graves lésions cérébrales. Depuis, sa famille se déchire sur l’arrêt éventuel des soins qui le maintiennent en vie et la longue bataille judiciaire qui le concerne a fait de lui le symbole du débat sur la fin de vie.

Source: JIM (Inscription gratuite)

Aide médicale à mourir (AMM): Plus du tiers des demandes admissibles n’ont pas été administrées

Québec, 3 avril 2019

Selon le rapport, le nombre d’AMM administrée est en croissance depuis l’entrée en vigueur de la Loi. C’est un total de 1632 personnes qui a reçu l’aide médicale à mourir pendant cette période sur un total de 2 462 demandes. Le rapport énumère un certain nombres de défis, entre autres l’accès inéquitable aux soins palliatifs et de fin de vie de qualité, en temps opportun et mieux informer la population au sujet des directives médicales anticipées (DMA).

Voir le rapport: Assemblée national du Québec
Source: Profession santé (Inscription gratuite)

Aide médicale à mourir: un renvoi de la loi fédérale est demandé en Cour d’appel

Québec, 15 janvier 2019

Six ordres professionnels, dont le Collège des médecins du Québec, l’Ordre des pharmaciens du Québec et l’Ordre des infirmières et Infirmiers du Québec, ont joint leurs voix pour demander au gouvernement d’exiger que la constitutionnalité de la loi fédérale soit examinée par la Cour d’appel. Les ordres trouvent injuste que ce soient des personnes malades qui portent sur leurs épaules le fardeau de la contestation des lois. «Cette démarche vise essentiellement à éviter que des citoyens, souvent des personnes vulnérables, aient à payer des frais judiciaires pour arriver à faire reconnaître leur droit fondamental de mourir dans la dignité», indiquent par voie de communiquer les six ordres professionnels.

Source: Profession Santé (Inscription gratuite)

Aide à mourir: début d’un long combat pour changer les critères

Québec, 8 janvier 2019

Deux Québécois atteints de graves maladies incurables ont amorcé lundi au palais de justice de Montréal ce qui s’annonce comme un très long combat pour faire reconnaître leur droit d’être aidés à mettre fin à leurs souffrances psychologiques et physiques.  Les demandeurs ont déposé une action en juin 2017 pour faire invalider les articles des lois fédérale et provinciale exigeant que les malades soient «en fin de vie» (dans le cas de la loi québécoise) ou dont «la mort est raisonnablement prévisible» (dans le cas de la loi fédérale) pour avoir accès à l’aide à mourir.

Source: Le Devoir

Affaire Vincent Lambert : le nouveau rapport confirme son état irréversible

France, 22 novembre 2018

C’est l’histoire d’un homme qui est devenu malgré lui le symbole du débat sur la fin de vie en France. Vincent Lambert, cloué depuis 2008 à son lit d’hôpital au CHU de Reims dans un état neurovégétatif, ne voit plus, n’entend plus, ne bouge plus et doit être alimenté à l’aide d’une sonde. À quatre reprises, ses médecins ont décidé d’arrêter les soins. Ses parents s’y sont opposés à chaque fois, en saisissant la justice.

Source : RFI

Infolettres du SIDIIEF