facebook pixel
SIDIIEF Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone
Menu

Soins à la personne âgée

Dépistage du cancer du sein: et les plus de 74 ans dans tout ça?

France, 2 avril 2019

Les limites du dépistage systématique du cancer du sein quant à la diminution de la mortalité et aux risques de surtraitement sont aujourd’hui largement discutées dans tous les pays développés. Cette réflexion mérite de porter un nouveau regard sur la situation des plus âgées. Aujourd’hui, le programme de dépistage systématique s’adresse aux femmes jusqu’à 74 ans. Après 74 ans, le dépistage reste indispensable parce l’incidence du cancer du sein (comme des autres cancers) progresse avec l’âge.

Source: JIM

Démence chez les personnes âgées: Une équipe d’élite pour régler les cas complexes

Québec, 31 mars 2019

Créée il y a un an à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM), l’équipe de SCPD a acquis une expertise pour laquelle la demande est en explosion. «La population ne cesse de vieillir au Québec et 125 000 Québécois ont la maladie d’Alzheimer». Composée entre autres de six infirmières, deux psychologues, une psychoéducatrice, une ergothérapeute et trois gérontopsychiatres, l’équipe accompagne le personnel des centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), des ressources intermédiaires et de soins à domicile en les aidant à mieux s’occuper des patients âgés souffrant de démence et présentant des symptômes complexes comme l’anxiété, la dépression, les hallucinations, les délires ou l’apathie.

Source:  La Presse+

EPADE: Une échelle d’évaluation des personnes âgées qui épuisent

France, 23 mars 2019

Certaines personnes âgées souffrant de démence ou de maladie d’Alzheimer présentent des troubles du comportement qui peuvent épuiser les soignants sur le plan émotionnel et entraîner une perte de tolérance et des pratiques professionnelles inadaptées. Comment évaluer ces situations pour mieux les gérer et échanger en équipe?

Voir l’échelle: EPADE
Source: Santémentale.fr

Prévenir les chutes chez les aînés – Rapport d’évaluation d’implantation

Québec, janvier 2019

Au cours des dernières années, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale s’est doté d’un continuum de services en prévention des chutes auprès des aînés1. Ces services prennent en compte différentes caractéristiques des aînés relativement à leur niveau de risque de chuter. À cette offre de service, il est apparu important d’ajouter un volet consacré aux pratiques cliniques préventives (PCP) destinées aux infirmières et aux médecins de cliniques médicales, dont les groupes de médecine de famille (GMF). Ce type de milieu clinique s’est avéré tout à fait pertinent pour qu’un projet en prévention des chutes y soit expérimenté, notamment en raison de la collaboration des infirmières à l’équipe médicale ainsi qu’en raison de leurs fonctions auprès de la clientèle présentant des problèmes de santé chronique.

Voir le rapport: CIUSSS de la Capitale-Nationale

Outil de repérage des situations de maltraitance envers les personnes aînées

Québec, 27 février 2019

Cet outil s’adresse à toute personne œuvrant auprès d’une personne aînée (intervenant, partenaire du milieu communautaire ou de l’habitation, bénévole, aide à domicile, policier, travailleur de milieu, etc.). Il vous permettra de mieux repérer des situations potentielles de maltraitance, de savoir quoi faire et comment agir avec une personne si vous êtes témoin d’une situation de maltraitance et de connaître les différentes ressources vers qui référer une personne en situation de maltraitance.

Voir la brochure: Publications du ministère de la Santé et des Services sociaux PDF
Source: Publications du ministère de la Santé et des Services sociaux

Notes d’orientation pour une action globale d’appui à la bien traitance dans l’aide à l’autonomie

Québec, 25 février 2019

Les propositions formulées dans ce document publié par la Commission pour la lutte contre la maltraitance et la promotion de la bientraitance en France sont regroupées en fonction de cinq thèmes: favoriser l’émergence de «l’information d’alerte»; mieux analyser et mieux orienter les alertes et signalements; réagir aux maltraitances «avérées» de manière rapide et transparente; faire de chaque événement un levier d’amélioration des pratiques; piloter le dispositif de réaction aux événements indésirables, en veillant à la production de données utilisables par tous.

Voir le document: Ministère des Solidarités et de la Santé
Source: Santé et Services sociaux Québec

Prévention des chutes dans le domaine des soins

Suisse, 21 janvier 2019

Selon le Bureau suisse de prévention des accidents, près de 87 000 personnes âgées en Suisse sont annuellement victimes de chutes aux conséquences graves : les blessures occasionnées par la chute nécessitent un traitement médical, exigent une hospitalisation, voire conduisent au décès. Au-delà des conséquences sanitaires et sociales individuelles pour les personnes concernées, les chutes des personnes âgées engendrent également des coûts élevés pour l’économie. Le projet vise à réduire le risque de chute des personnes âgées grâce à des spécialistes qui identifient les personnes à risque élevé de chute et les dirigent vers une prévention adaptée. Cette opportunité se présente notamment lors de la sortie de l’hôpital, au cabinet du médecin de famille ou à la pharmacie.

Source: Sécurité des patients Suisse

Pour des hôpitaux mieux adaptés aux personnes âgées

Canada, décembre 2018

Les Canadiens de plus de 65  ans utilisent plus de 40%  des services, une demande qui continue d’augmenter. Aujourd’hui, ces Canadiens espèrent rester chez eux  le plus longtemps possible. Si une hospitalisation est nécessaire, ils s’attendent à rentrer à la maison  rapidement et en toute sécurité. Pourtant, beaucoup passent des semaines voire des mois dans un lit d’hôpital, développant de nouveaux problèmes de santé et d’autres handicaps. Si les hôpitaux sont conçus pour que la personne prenne du mieux, pourquoi n’est-ce pas ce qui se produit la plupart du temps?

Source: Profession Santé



Infolettres du SIDIIEF