facebook pixel
SIDIIEF Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone
Menu

Vigie SIDIIEF

Au Niger, alerte au «faux» vaccin contre la méningite

Niger, 18 mars 2019

Le produit incriminé par les autorités a été détecté dans une pharmacie de la capitale, Niamey, et des investigations sont en cours pour évaluer l’ampleur du phénomène. Les autorités du Niger ont mis en garde les professionnels de la santé et la population contre la vente à Niamey d’un «faux» vaccin contre la méningite, maladie dont les épidémies sont fréquentes dans le pays. Il «demande» aux professionnels de la santé de faire preuve d’une «plus grande vigilance» quant à leurs «circuits d’approvisionnement» en vaccins.

Source: Le Monde

Pénurie de spécialistes et mauvaise gestion

Tunisie, 11 mars 2019

Les hôpitaux sont presque tous saturés, l’accueil y est catastrophique et les patients sont contraints d’accepter leur triste condition non sans douleur et amertume, notamment dans les services d’urgence où le nombre de médecins est jugés très insuffisant pour pouvoir prendre en charge tous les patients. C’est le constat qui se dégage dans les hôpitaux du Kef, Jendouba, Béja et Siliana où le nombre de spécialistes se compte sur les doigts.

Source: Santé Tropicale (Inscription gratuite)

Le Forum international de la main-d’œuvre du CII appelle les gouvernements à agir de manière urgente contre la pénurie mondiale de personnels infirmiers

International, 4 mars 2019

Réunies à l’occasion du Forum international de la main-d’œuvre qui était organisé par le Conseil international des infirmières (CII), plusieurs infirmières cheffes de file ont appelé les gouvernements à prendre des mesures pour garantir des niveaux sûrs de dotation en personnel et des conditions de travail décentes, de même que pour assurer un avenir meilleur aux patients ainsi qu’aux infirmières qui les soignent.

Source: Conseil International des Infirmières
À lire égalementConseil International des Infirmières PDF

L’Intelligence artificielle (IA) dépiste le cancer du sein aussi efficacement qu’un radiologue

Belgique, 11 mars 2019

L’intelligence artificielle pourrait être aussi efficace qu’un radiologue pour identifier une tumeur mammaire sur une mammographie, suggère une étude publiée dans le Journal of the National Cancer Institute. Le cancer du sein est l’une des maladies oncologiques les plus courantes chez la femme et demeure en dépit des progrès thérapeutiques une cause de mortalité majeure. Les programmes de dépistage sont habituellement considérés comme une arme efficace pour abaisser la mortalité associée à la maladie, mais ils demandent beaucoup de travail. En outre, 25% des tumeurs visibles à la mammographie passent malgré tout entre les mailles du filet.

Source: Numerikare

Avis portant sur les standards de qualité pour faire des consultations numériques du public: un processus d’enrichissement de la démocratie en santé

France, mars 2019

Le groupe de travail constitué des membres volontaires de la Conférence Nationale de Santé (CNS) et de ses partenaires, notamment le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale et le Conseil national consultatif des personnes handicapées, ainsi que des acteurs et des experts des CivicTech interrogés dans le cadre de cette démarche, a conduit un travail global sur les consultations en ligne, tant sur leur positionnement, leurs modalités de mise en œuvre et d’exploitation, que sur leur articulation avec les autres formes de consultation du public. Sept standards de qualité ont été retenus.

Source: Ministère des Solidarités et de la Santé PDF

L’IPA, un nouveau rôle pour les infirmiers

France, 11 Mars 2019

La nouvellement nommée faculté des sciences médicales et paramédicales va diplômer les premières IPA de France en juillet prochain. L’occasion de revenir lors d’un colloque sur cette nouvelle formation, avant d’entamer les inscriptions pour la prochaine rentrée. Après leurs études en Ifsi (Institut de formation en soins infirmiers) d’une durée de trois ans, les infirmiers, ayant une expérience d’au minimum trois ans, vont pouvoir compléter leur arbre de compétences grâce à un nouveau diplôme de niveau master. Aix-Marseille Université (Amu) avait un temps d’avance. Pionnière dans l’universitarisation des formations paramédicales, Amu proposait, depuis 2009, un master science clinique infirmière, une formation aujourd’hui remplacée par le nouveau diplôme d’infirmière en pratique avancé (IPA).

Source : La Provence

Ebola: pour l’OMS il est faux de parler d’échec de la riposte

International, 15 mars 2019

De retour de République Démocratique du Congo, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus s’est exprimé en conférence de presse à Genève, alors que la riposte contre l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola est de plus en plus perturbée par des violences visant les centres de traitement. Le directeur de l’OMS précise aussi que le nombre de nouveaux cas hebdomadaires est passé de 50 en début d’année à 25, tout en mettant en garde contre le risque que l’épidémie reparte à la hausse «si la situation sécuritaire continue de se détériorer».

Source: JIM

Mieux détecter les incidents et erreurs peropératoires

France, 14 mars 2019

La sécurité du patient demeure au centre des préoccupations des soignants. Depuis 20 ans on distingue les erreurs médicales (EM) des effets indésirables (EI), les premières consistant en un geste inapproprié ou en l’omission d’un geste souhaitable, les secondes en un préjudice subi par le patient au cours d’une intervention. Il peut y avoir interaction entre les deux. Les auteurs de Boston ont cherché à définir des mesures susceptibles de prévenir ces incidents survenant en peropératoire. Ils se sont servi dans ce but en même temps du dossier clinique et des comptes rendus oraux des acteurs du bloc, chirurgiens, panseuses, anesthésistes.

Source: JIM

Opinion: Le Québec malade de ses infirmières

Québec, 11 mars 2019

De multiples problèmes de ressources et d’accessibilité aux soins persistent, conduisant à des recours en justice afin d’augmenter le personnel au sein des équipes soignantes. Encore et encore, les infirmières continuent de dénoncer l’obligation du temps supplémentaire obligatoire. La détresse, la démotivation et la démobilisation s’accentuent.  On assiste aux effets persistants et délétères des conditions de travail insoutenables, chroniques, et qui ont grandement fragilisé la profession.

Source: La Presse +