facebook pixel
SIDIIEF Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone
Menu

E-santé

Un robot pour aider les enfants atteints de diabète

Belgique, 14 juin 2019

Le diabète de type 1 est considéré comme le type le plus grave de diabète puisqu’il est génétique. Il nécessite un suivi assidu. Ce n’est pas toujours facile pour les enfants de se plier à cette rigueur. D’autant que lorsque le diagnostic tombe, l’enfant est bombardé par une série d’informations à intégrer. C’est la raison pour laquelle l’hôpital UZ Brussel met à disposition de ses jeunes patients deux robots, le “Robot Cure“.

Source: RTBF

L’intelligence artificielle à la rescousse du système de santé

Québec, 10 juin 2019

À l’heure où notre système de santé atteint ses limites, l’intelligence artificielle apparaît de plus en plus comme un outil pouvant aider à le rendre plus efficace en transformant la façon de prodiguer les soins. Au CHUM, elle a déjà investi de nombreuses spécialités, mais elle demeure simplement une aide à la prise de décision par le médecin, qui restera encore longtemps le principal responsable des soins.

Source: Le Devoir

La parentalité face au numérique

France, 3 mai 2019

Éduquer les enfants au monde virtuel est la nouvelle mission des parents face aux outils numériques.  La cassure numérique passe désormais entre les générations, c’est-à-dire entre les parents qui manient des objets réels, et leurs enfants qui manient des objets virtuels. Les parents (ceux nés avant 1980) « qui ne sont pas nés avec Internet sont des Digital immigrants, alors que leurs enfants nés avec internet sont des Digital natives ». Pour les parents ce sont des mut@nts. »  Plus de la moitié des collégiens passent 35 heures/semaine devant internet, contre 27 heures/semaine de cours au collège. L’addiction aux réseaux sociaux représente de ce fait un danger réel. En outre, moins d’un parent sur deux sait ce que fait son enfant sur Internet.

Source : Journal International de Médecine (Inscription gratuite)

Feuille de route « Accélérer le virage numérique »

France, 25 avril 2019

Nous voulons à la fois protéger et décloisonner les données. Le système de santé se transforme autour des parcours mobilisant les professionnels de la santé et du secteur médico-social. Nous devons agir pour que les systèmes d’information évoluent vers plus de sécurité et d’interopérabilité. Le patient est désormais au centre, et nous devons aider tous les usagers, les patients et ceux qui les prennent en charge, à trouver leurs repères dans les nouveaux espaces numériques. Propos de la ministre de la santé Agnès Buzyn.

Voir le document

Source : Ministère des Solidarités et de la Santé

E-santé: le Bordelais MirambeauAppCare se déploie au Canada et aux Emirats arabes unis

France, 4 avril 2019

Cette start-up girondine a mis au point une application innovante pour l’accompagnement des patients diabétiques. Une innovation, qui change le quotidien des diabétiques: Diabilive prend le patient dans sa globalité d’être humain en calculant sa dose d’insuline selon sa prescription médicale, sa diététique et son activité physique. Elle facilite ainsi le respect de cette prescription et l’anticipation des besoins à venir. La pépite bordelaise a convaincu des endocrinologues du Centre hospitalier universitaire de Montréal de former son conseil scientifique canadien.

Source:  SudOuest

L’Intelligence artificielle (IA) dépiste le cancer du sein aussi efficacement qu’un radiologue

Belgique, 11 mars 2019

L’intelligence artificielle pourrait être aussi efficace qu’un radiologue pour identifier une tumeur mammaire sur une mammographie, suggère une étude publiée dans le Journal of the National Cancer Institute. Le cancer du sein est l’une des maladies oncologiques les plus courantes chez la femme et demeure en dépit des progrès thérapeutiques une cause de mortalité majeure. Les programmes de dépistage sont habituellement considérés comme une arme efficace pour abaisser la mortalité associée à la maladie, mais ils demandent beaucoup de travail. En outre, 25% des tumeurs visibles à la mammographie passent malgré tout entre les mailles du filet.

Source: Numerikare

Avis portant sur les standards de qualité pour faire des consultations numériques du public: un processus d’enrichissement de la démocratie en santé

France, mars 2019

Le groupe de travail constitué des membres volontaires de la Conférence Nationale de Santé (CNS) et de ses partenaires, notamment le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale et le Conseil national consultatif des personnes handicapées, ainsi que des acteurs et des experts des CivicTech interrogés dans le cadre de cette démarche, a conduit un travail global sur les consultations en ligne, tant sur leur positionnement, leurs modalités de mise en œuvre et d’exploitation, que sur leur articulation avec les autres formes de consultation du public. Sept standards de qualité ont été retenus.

Source: Ministère des Solidarités et de la Santé PDF

L’intelligence artificielle va rendre le système de santé méconnaissable… et c’est tant mieux

Québec, 21 février 2019

Depuis des centaines d’années, on regroupe tous les gens malades, blessés et mourants à un seul et même endroit pour leur prodiguer des soins faute de ressources: l’hôpital. De nos jours, ce sont moins les ressources qui manquent, que la volonté de changer les façons de faire afin d’offrir des soins sur-mesure là où se trouvent les patients. Depuis quelques années, la plupart des acteurs du système de santé semblent avoir compris qu’ils ne pourront pas résister encore bien longtemps aux changements provoqués par les nouvelles technologies en général: que penser d’un diagnostic de cancer en six secondes, plutôt qu’en six mois?

Source: Les Affaires

«C’est comme un petit cabinet de médecin!»: un pharmacien raconte la télémédecine dans son officine

France, 23 février 2019

Depuis la fin d’année dernière, ce pharmacien a installé une station de téléconsultation au sein de son officine. En l’espace de deux mois et demi, on a traité entre 50 et 100 patients», annonce Christian Favart au «Quotidien». Une quinzaine de médecins urgentistes assurent les téléconsultations depuis Paris, explique le pharmacien. Il a aménagé un espace fermé où trône la station de vidéoconférence: un grand écran surmonté d’une caméra, installé sur une borne et auquel sont branchés des équipements de mesure: température, tension, glycémie, taux d’oxygène dans le sang, ECG… Une caméra HD permet de visualiser un bouton, une plaie… «C’est comme un petit cabinet de médecin!»

Source: Le quotidien du médecin