facebook pixel
SIDIIEF Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone
Menu

Conditions de travail

Épuisement des infirmières: la FIQ réclame l’ajout de 8000 postes

Québec, 20 juin 2019

Les témoignages d’infirmières épuisées et les constats tirés des projets pilotes visant à réduire leur charge de travail ont conduit la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) à une conclusion : pour améliorer la situation, il faudra embaucher 8000 infirmières et infirmières auxiliaires d’ici cinq ans, un investissement d’environ 600 millions de dollars.

Source: ICI Radio-Canada

Buzyn débloque 70 millions d’euros pour répondre à la crise des urgences

France, 14 juin 2019

L’enveloppe de 70 millions d’euros annoncée est double. Une partie est d’abord fléchée vers les professionnels des services d’urgences qui se verront attribuer deux primes: une prime de risque de 118 euros brut mensuels (100 euros nets) à partir du 1er juillet à destination des 30 000 agents non-médicaux «en contact avec le public des urgences» (brancardier, aide-soignant, secrétaire, infirmière, etc.) et une prime de coopération (100 euros brut mensuels) pour les infirmiers et aides soignants qui se verront confier de nouvelles compétences dans le cadre de protocoles de délégations de tâches. Les 15 millions d’euros restants rempliront une enveloppe de recrutement à destination des établissements en tension.

Source: Le quotidien du médecin

Refondation des urgences: l’Ordre des infirmiers partage la détresse des professionnels et présente ses propositions

France, 7 juin 2019

L’Ordre des infirmiers connaît et comprend les sentiments de colère, d’épuisement ou d’extrême lassitude qu’éprouvent actuellement grand nombre de professionnels de santé qui exercent dans un service d’accueil et de traitement des urgences. Il ne doute pas que les infirmiers savent rester dans le cadre de leur déontologie malgré de très difficiles circonstances. Surtout, l’Ordre regrette que malgré de très nombreuses alertes sur la situation des urgences y compris encore récemment par la Cour des comptes, les pouvoirs publics ne semblent pas avoir pris la pleine mesure du problème. Dans le cadre de la «mission de refondation des services d’urgence», l’Ordre des infirmiers souhaite que les deux propositions soient considérées à leur juste valeur.

Source: Ordre des infirmiers

Suivi d’une journée de Catherine, infirmière pédiatrique: «On va tomber les unes après les autres»

Belgique, 6 juin 2019

Pour comprendre la gravité de la situation dans le secteur hospitalier bruxellois, une infirmière vous ouvre les portes de son service. Lundi dernier, le personnel des hôpitaux publics bruxellois a manifesté sa grogne et son désarroi. Le 20 juin prochain, celui des hôpitaux privés se joindra au mouvement.

Source: DH.be

Crise nationale aux urgences:«Agnès Buzyn est en train de tuer l’hôpital public»

France, 4 juin 2019

C’est un mouvement social qui prend de l’ampleur: depuis mi-mars, plusieurs dizaines de services d’urgences sont en grève pour protester contre la dégradation de leurs conditions de travail. Ces derniers jours, un palier a été franchi avec une recrudescence d’arrêts maladie dans plusieurs établissements, comme à Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire, et à Lons-le-Saunier, dans le Jura. Dans la nuit de lundi à mardi, c’est l’équipe de nuit des urgences de l’hôpital Lariboisière, à Paris, qui s’est mise en arrêt maladie et ne s’est pas présentée au travail.

Source: Europe1

Immersion aux urgences : manque d’infirmiers, pénurie de médecins… Quel avenir pour nos hôpitaux ?

Belgique, 15 mai 2019

Nos hôpitaux sont-ils en crise ? Pour répondre à ces deux questions, nous nous sommes immergés dans un service d’urgences, celui de l’hôpital de Jolimont à la Louvière.  L’hôpital de Jolimont de la Louvière emploie près de 500 personnes. Néanmoins, le service des urgences est un monde à part. Stress, horaires à rallonge, les médecins et les infirmiers sont soumis à une pression importante et, parfois, exténuante. « Il y a des burn-out. La médecine d’urgence demande beaucoup d’engagement sur le plan professionnel », explique François-Xavier Lens, le médecin chef des urgences de l’hôpital de Jolimont.  Travailler au sein d’un service d’urgence demande des sacrifices. Les infirmiers sont également soumis à ce stress et à ce risque de fatigue professionnelle.

Source : Radio Télévision Belge Francophone

La création d’un “Observatoire de la Souffrance Infirmière” est actée !

France, 13 mai 2019

Le dernier rapport de l’ONVS (Observatoire national des violences en santé) laissait peu de doutes quant à la hausse des violences envers les professionnels de santé. D’ordre général, la pénibilité du travail de soignant n’est pas assez reconnue alors que les infirmiers exercent dans des conditions de plus en plus délétères. C’est pourquoi plusieurs syndicats professionnels ont mis en place un Observatoire de la Souffrance Infirmière. Objectifs : informer les soignants sur leurs droits à titre individuel mais aussi recueillir des données fiables mettant en lumière leur situation réelle tant dans le secteur hospitalier que libéral.

Accès au site de l’Observatoire

Source : Infirmiers.com

Le calvaire des infirmières – L’envers du décor (vidéo)

Belgique, 4 mai 2019

C’est un métier majoritairement féminin que l’on annonce bientôt en pénurie en Belgique. En cause, l’allongement de la durée des études qui se traduit aujourd’hui par une baisse de près de 50% des inscriptions dans les écoles. Face à cette pénurie annoncée, comment les infirmières envisagent-elles leur avenir ? Pour le savoir nous nous sommes plongés dans l’envers du décor la Clinique Saint-Pierre, à Ottignies.

Source : Radio Télévision Belge de la Communauté Française

RDC: une marche des personnels soignants contre l’insécurité!

République Démocratique du Congo, 25 avril 2019

Plusieurs dizaines de médecins et d’infirmiers congolais ont manifesté mercredi contre l’insécurité à Butembo, épicentre de l’épidémie d’Ebola dans l’est de la République démocratique du Congo où un docteur de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a été tué vendredi. En blouse blanche, les manifestants ont tenu des affiches demandant l’arrêt de «la violence et des menaces contre les agents de santé» ou encore: «Ebola existe. Nous disons non à la violence et oui à la collaboration avec l’équipe de riposte» anti-Ebola.

Source: La Libre Afrique