SIDIIEF - Infection au VIH en Afrique francophone
SIDIIEF Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone
Menu

Infection au VIH en Afrique francophone

Miser sur la profession infirmière : une stratégie gagnante

Prise-position-VIH

Le 24 mai 2017, à Dakar (Sénégal), s’est tenu le lancement de la prise de position conjointe SIDIIEF-ARCAD SIDA, intitulée : Infection au VIH en Afrique francophone – Miser sur la profession infirmière, une stratégie gagnante, à l’ouverture du Colloque SIDIIEF-ANIIDES, en présence de plus de 300 participants venus notamment du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, de la République démocratique du Congo, et autres représentants internationaux.

Doc3

 

POUR CONSULTER LA PRISE DE POSITION EN FRANÇAIS

 

POUR CONSULTER LA PRISE DE POSITION EN ANGLAIS

 

Le conseil d’administration du SIDIIEF a souhaité profité de sa présence au Sénégal pour lancer officiellement sa prise de position adoptée conjointement avec l’Association de recherche en communication et d’accompagnement à domicile des personnes vivant avec le VIH et le SIDA (ARCAD-SIDA), membre de Coalition internationale Sida Plus, représenté par son président d’honneur, Dr Aliou Sylla. Le SIDIIEF et ARCAD-SIDA ont souhaité unir leur force dans un partenariat politique afin, notamment, de permettre aux infirmières et infirmiers d’initier les traitements antirétroviraux (ARV).

 

Cette prise de position est importante et s’inscrit dans la lutte mondiale pour l’éradication de l’épidémie du VIH à l’horizon 2030. En rédigeant conjointement cette prise de position, le SIDIIEF et ARCAD-SIDA visent principalement les objectifs suivants :

 

  • Contribuer aux efforts mondiaux pour l’atteinte de la cible de santé publique d’ici 2030 en élargissant le réseau de professionnels de la santé compétents pouvant assurer une prise en charge adéquate des personnes à risque et infectées.
  • Soutenir la valorisation de la contribution infirmière et ainsi leur faire reconnaître le droit de prescrire les ARV afin de favoriser l’accès au traitement le plus rapidement possible et au plus grand nombre possible.

 

Le lancement de la prise de position s’est déroulé en présence de dignitaires et de personnalités africaines impliquées dans la lutte contre l’épidémie du VIH et pouvant influencer les décisions nationales et sous régionales, dont la ministre de la Santé et de l’Action sociale du Sénégal, représentée officiellement par le ministre des Forces armées, le directeur des ressources humaines du ministère de la Santé et de l’Action sociale du Sénégal, des représentants du bureau de l’Organisation mondiale de la santé à Dakar et du bureau pour le Sénégal d’ONUSIDA, de la secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le Sida du Sénégal, ainsi que plusieurs autres personnalités. Leur présence à cet événement a été vue comme un signe d’ouverture face aux recommandations de la prise de position.
photo-sidiief-02
Légende (de gauche à droite) : Gyslaine Desrosiers, présidente, SIDIIEF, Hélène Salette, secrétaire générale, SIDIIEF, Dr Aliou Sylla, président d’honneur, ARCAD-SIDA, Ismaïla Mbaye, président, ANIIDES, Augustin Tine, représentant de la ministre de la Santé et de l’Action sociale du Sénégal, Ibrahima Souka Ndella Diouf, directeur des ressources humaines, ministère de la Santé et de l’Action sociale du Sénégal et Safiatou Thiam, secrétaire exécutive, Conseil national de lutte contre le Sida

 

Parmi les principales recommandations, mentionnons :

  • Que les OING et autres organismes impliqués dans la lutte contre le SIDA doivent poursuivre leur vibrant plaidoyer auprès des gouvernements et auprès d’OMS Afrique en s’appuyant sur cette position.
  • Qu’OMS Afrique se prononce en faveur d’une délégation de pouvoirs cliniques élargis aux infirmières, notamment pour le dépistage et le traitement, et doit faire connaître sa position auprès des gouvernements.
  • Que les États adoptent une politique de santé sectorielle qui se traduira par des actions concrètes à tous les échelons gouvernementaux, ainsi que sur le plan populationnel. À cet égard, il est important que les infirmières et les infirmiers fassent partie intégrante des équipes interdisciplinaires et travaillent en étroite collaboration avec l’ensemble des acteurs communautaires à l’atteinte de l’objectif mondial visant l’éradication de l’épidémie du VIH.
  • Que les États doivent mettre en place des programmes de mise à jour des compétences des infirmières et des infirmiers, et prioriser des projets auprès de la Banque mondiale et autres grands organismes subventionnaires.
  • Qu’une initiative sans précédent de programme de mentorat africain permettant aux infirmières et infirmiers africains d’être en relation avec des experts cliniques internationaux voit le jour. Elle devrait être soumise par un ou des gouvernements auprès d’ONUSIDA ou autres organismes subventionnaires.

 

Le lancement de la prise de position a également été l’occasion de faire le dévoilement des dizaines d’organismes impliqués dans la lutte contre le SIDA dans plus de douze pays qui soutiennent les recommandations de la position conjointe du SIDIIEF et d’ARCAD-SIDA.

 

Le SIDIIEF et ARCAD-SIDA, soutenu par la Coalition internationale SIDA Plus, souhaitent continuer à travailler ensemble et à unir leurs forces pour faire avancer les recommandations de cette prise de position, notamment à promouvoir le dépistage démédicalisé par des agents communautaires formés et l’élargissement du droit de prescrire les ARV aux infirmières et aux infirmiers.

 

POUR CONSULTER L’ALLOCUTION DE LA PRÉSIDENTE DU SIDIIEF LORS DU LANCEMENT

 

POUR CONSULTER L’ALBUM PHOTO (FLICKER)